6223 Dix raisons de se réjouir après le débat sur le mariage | Le Biplan

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Le Biplan
Bisexualité : actualité, culture et réflexions diverses
Dernier Billet
Réflexions de fond | 26.05.2013 - 13 h 29 | 2 COMMENTAIRES
Dix raisons de se réjouir après le débat sur le mariage
Étiquettes : , , , ,

 Notre pays ne philosophe pas assez et a une furieuse tendance à voir tout en noir. Certes, nous sortons d’un débat où la surreprésentation médiatique d’une parole réactionnaire extrémiste a consterné, lassé et plus généralement usé beaucoup de monde (et pas seulement les LGBT+++, même s’ils étaient plus directement concernés que les autres). Et je ne peux qu’approuver la position intransigeante du collectif « Oui oui oui » dans son communiqué de l’autre jour et son appel à poursuivre la lutte politique et militante.

Mais malgré cela, je refuse de céder à l’amertume. Ne voir que ce qui ne va pas, ce serait déjà accorder une victoire à nos adversaires politiques, à ces extrémistes enragés pas si nombreux que ça, qui se sont ingéniés pendant des mois à faire croire à un pays progressiste, sur le point d’adopter une belle loi, qu’il était plus réactionnaire qu’il ne l’est en réalité.

Nous avons assisté, à l’échelle du pays, au même processus qu’on peut observer tous les jours sur Internet dans les commentaires aux articles de presse : sur le nombre énorme d’internautes qui viennent lire la page, une poignée d’idiots se déchaîne en postant à tout va des propos outranciers stupides et insultants… et l’internaute moyen, cédant au pessimiste, voit cinq ou dix messages et en conclut que l’ensemble de l’humanité est horrible et détestable, sans penser aux 95% de lecteurs paisibles qui n’ont rien dit. De même, gardons-nous de nous imaginer la France comme entièrement peuplée des mêmes sinistres individus qui s’entêteront à défiler dans la rue encore aujourd’hui. Car c’est là précisément ce qu’ils cherchent à nous faire croire, en dépit des résultats de plusieurs élections, des chiffres de sondages et des multiples tribunes, avis et points de vue favorables à la loi que nous avons pu lire un peu partout.

Voici donc dix raisons pour lesquelles ce débat a bel et bien réussi à faire avancer les choses dans le bon sens et qui font de l’adoption de cette loi une victoire qu’il ne faut pas bouder.

1) La consécration du concept d’homophobie. C’est ce qu’Eric Fassin appelle « l’inversion de la question homosexuelle » dans son livre du même nom (1). Au départ, c’était l’homosexualité qui était considérée comme hors normes et les propos et actes discriminatoires à son encontre n’étaient même pas remis en cause. Désormais, c’est l’inverse, et pour de bon : c’est l’homophobie qui est hors la loi. Pour les LGBT+++ c’est une évidence, mais il faut voir que ça n’en était pas une il y a encore peu de temps.

Certes l’homophobie persiste, et sous des formes toujours virulentes, mais cette radicalisation m’a toujours semblé avoir un côté désespéré. Ce clergé qui brandit des menaces de fin du monde, ces politiques qui multiplient les déclarations-choc, dissimulent mal leur décalage complet vis-à-vis de la société française actuelle, déjà favorable à la loi depuis plusieurs années. Ce à quoi nous avons assisté, surtout dans le cas de l’Église, c’est à une manifestation de rage impuissante de la part d’anciens pouvoirs qui n’ont cessé de reculer au cours des dernières décennies, qui ont vu les rênes du pays finir de leur échapper avec les dernières élections, et hurlent leur colère à l’idée de ne plus pouvoir rien contrôler. Et de fait, leur concert si bien organisé de protestations outrancières n’a pas eu la moindre prise sur la loi concernant le mariage et l’adoption (reste à veiller à ce qu’ils n’aient pas la peau de la PMA).

 2) Une prise de conscience à l’échelle du pays. C’est la conséquence de la raison précédente : maintenant, la France entière sait à quoi ressemble l’homophobie, pourquoi on a besoin d’un mot pour ça et pourquoi on veut tellement lutter contre. Rien de plus familier ni de plus évident pour une personne homosexuelle ou bisexuelle que le concept d’homophobie. Oui mais. Là où les principaux intéressés vivent avec ce concept et connaissent l’importance de la lutte contre l’homophobie depuis des dizaines d’années, l’hétéro moyen, celui qui ne fréquente pas ou peu d’homos et ne connaît absolument rien à la communauté ou à l’histoire des luttes pour l’égalité des droits, celui-là n’avait souvent de l’homophobie qu’une image assez vague et désincarnée, au point qu’il arrivait à mes amis hétéros de hausser les épaules ou de faire des mines du genre « Tu en fais trop » quand j’employais ce terme.

Je peux vous assurer que ce n’est plus le cas maintenant. Certes, le sursaut rageur des paroles homophobes a été douloureux pour tout le monde, mais il a achevé de faire prendre conscience au pays tout entier que oui, l’homophobie existe, qu’elle est une menace réelle et qu’elle mérite d’être combattue avec vigilance. Mieux, la figure de l’homophobe a désormais rejoint les caricatures politiques et devient la risée des dessinateurs de presse et des chroniqueurs humoristiques (les mêmes qui faisaient encore des blagues douteuses sur les homos il n’y a pas si longtemps).

3) La libération de la parole des victimes. C’est une raison limitée de se réjouir, certes, mais c’est là encore une avancée réelle : les homophobes parlent et agissent, mais désormais leurs victimes parlent et agissent aussi. La progression des chiffres des plaintes et des témoignages reçus par SOS Homophobie dans son rapport 2013 appelle une double lecture, qui n’a pas échappé à l’association : cette progression n’est pas due seulement à une augmentation brute des propos et des actes homophobes, mais aussi au fait que les victimes ont davantage le réflexe de parler et de recourir aux associations qui peuvent leur venir en aide. Or le silence des victimes contribuait à faire persister des situations iniques, et briser ce silence est une condition importante pour faire changer les choses. Il est important de voir que désormais les victimes savent qu’elles ne sont pas seules et qu’elles ne doivent pas rester isolées.

4) Une nouvelle génération de militants pour l’égalité des droits. S’il ne faut pas minimiser la violence des opposants à la loi, on ne peut pas non plus oublier si vite les très nombreux soutiens qui ont rejoint le combat en faveur de l’égalité. Pour les LGBT+++, c’est une nouvelle page de l’histoire de leurs luttes qui vient de s’écrire. Elle a été l’occasion d’une prise de conscience de la part de nouvelles générations qui ont découvert l’engagement militant, les manifestations, la bataille pied à pied dans les conversations et sur le Net. Pour beaucoup de jeunes, elle a été l’occasion de faire leur coming out et de s’engager politiquement. Pour un nombre non négligeable d’anciens, elle a été l’occasion de sortir enfin de l’ombre et du silence.

Mais nous n’étions pas seuls : de très nombreux hétéros se sont eux aussi engagés en faveur de la loi, ont publié des tribunes, ont posté des messages et des témoignages, et sont descendus battre le pavé pour refuser fermement le nivellement du débat par les extrémistes réactionnaires. J’ai ici le plaisir de parler à partir de mon expérience personnelle. En tant que bi, je n’avais jamais fait autant de manifestations en si peu de temps dans ma vie, et je les ai faites avec plaisir, parfois la rage au cœur, avec la conviction qu’il ne faut renoncer à rien. Et en tant que jeune homme, tout simplement, j’ai eu le très, très grand plaisir d’être rejoint très souvent par des amis qui s’identifiaient comme hétéros (et d’autres qui n’arboraient pas de symbole LGBT+++ évident et dont je ne demandais pas l’orientation sexuelle parce que je ne les connaissais pas beaucoup et qu’après tout ce n’était pas mon affaire). Ils étaient conscients eux aussi que cette loi ne concernait pas qu’une minorité, mais engageait les valeurs républicaines. Ils n’étaient pas directement concernés mais ont été là pour nous soutenir. Ils ont été très nombreux et nous leur devons des remerciements chaleureux.

5) Un regain d’intérêt pour le fonctionnement des institutions. Ça a été comme un cours d’éducation civique géant. Jamais depuis longtemps on n’avait suivi avec autant d’attention et de passion les travaux de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Je pense que maintenant tout le monde est incollable sur la façon dont on légifère en France de nos jours ! On doit cela en partie aux médias (dont les médias LGBT, bien sûr, mais pas seulement) qui ont changé le parcours législatif en un véritable feuilleton. Mais on le doit aussi à un réel intérêt des citoyens pour le bon fonctionnement des institutions.

On n’a pas assez dit aussi que ce débat a montré une nouvelle proximité des citoyens avec le processus législatif. La diffusion des débats à la télévision sur LCP, la chaîne parlementaire et sur les sites de visionnages de vidéos permettait à chacun de suivre les débats en direct ou d’en revoir les moments forts : ce qu’ont dit les député-e-s peut être consulté à tout moment et ne s’oubliera pas. Le site de l’Assemblée Nationale permettait dans le même temps de consulter le projet de loi lui-même et les comptes rendus des séances. Idem pour le site du Sénat. Toutes ces pages ont été diffusées dans les médias et sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, nous avons été incités à témoigner directement notre soutien ou notre désaccord aux personnalités politiques impliquées dans le débat. Or ce contact plus direct avec les élus et avec les institutions dans leur fonctionnement quotidien est une excellente chose, qui fait du bien à la démocratie et qui nous rappelle que c’est d’abord ça la politique, la vraie politique.

Sans surprise, les opposants, de leur côté, ont tout fait pour faire dysfonctionner les institutions : obstruction parlementaire, perturbation des séances par des militants cachés dans le public, harcèlement des élus par mail ou violence physique… cette tactique a un nom, c’est du terrorisme. Ce recours à des moyens aux marges de la légalité, voire franchement illégaux, montre en creux le désespoir des opposants et doit nous rappeler que quand la République fonctionne bien, les droits de tout le monde peuvent avancer, réellement, pour de bon. Ce bon fonctionnement des institutions au quotidien, il ne faut pas s’en désintéresser, mais le suivre attentivement et en prendre soin : sans lui, il n’y a plus de démocratie digne de ce nom.

6) L’irruption des sciences humaines dans le débat. Lisez-vous beaucoup d’articles et de livres de sociologie et d’anthropologie ? Non ? Vous devriez, ça fait beaucoup de bien. Et depuis quelques mois, vous avez pu le faire beaucoup plus facilement. En réaction à l’enfumage des opposants qui tentaient d’effrayer le badaud à coups de « changements anthropologiques » (ce qui ne veut rien dire, pas plus que « l’aberration anthropologique » de Fillon, qui ne serait décidément pas du genre à fonder un musée au quai Branly façon Chirac et aurait plutôt sa place dans Tintin au Congo), les vrais anthropologues, comme Françoise Héritier ou Maurice Godelier, ont pris la parole pour nous parler du mariage dans les sociétés humaines et de ses métamorphoses depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Hélas, hélas pour le clergé, le mariage n’est décidément pas catholique à l’origine, et le modèle étroit et mesquin défendu par les opposants à la loi est apparu comme tel. Ce regard plus vaste dans l’espace et le temps sur ce que font les sociétés humaines n’a fait que nous faire prendre conscience encore mieux de notre liberté.

Les sociologues, de leur côté, étaient déjà là depuis un moment (on les avait pas mal entendus à propos du PACS). Mais une fois encore, ils ont été là pour pourfendre les préjugés. Outre des figures modérées mais qui ont fait preuve d’une grande honnêteté intellectuelle, comme Irène Théry, je ne peux que penser aux interventions remarquables d’un Éric Fassin, d’un flegme admirable face à des interlocuteurs éructants, et toujours là pour désamorcer les peurs et détricoter les mensonges des opposants, que ce soit sur la loi du mariage ou sur les études de genre. Il faudrait aussi dire un mot des tribunes collectives de nombreuses personnalités (comme « Non à la collusion de la haine » dans Le Monde en novembre) ou des bilets consacrés à la loi par l’imperturbable avocat maître Eolas (en trois parties : une, deux, trois).

7) Une loi bi-friendly. Je m’attarde moins sur ce point parce que j’en ai déjà parlé (par exemple là) : on a beau ne pas en parler beaucoup, la loi qui vient de passer est beaucoup plus qu’un simple « mariage gay ». Elle confère de nouveaux droits à tout le monde, sans recourir à la notion d’orientation sexuelle. Et c’est très important, parce que, de ce fait, elle est autant ouverte aux monosexualités (les personnes attirées par un seul sexe : homos et hétéros) qu’aux sexualités non monosexuelles, qu’on s’identifie comme bisexuel-le ou comme pansexuel-le. C’est une loi non pas seulement gay-friendly mais LGB-friendly. D’autres combats restent à mener, comme la PMA et la reconnaissance des droits des trans, mais c’est déjà un progrès notable (et même en avance sur la visibilité actuelle des bi dans les médias).

8) Enfin une loi de gauche ! Là, on ne peut s’en réjouir que si on est de gauche, forcément. Mais enfin tout de même. Pour une fois, les choses ont été claires : c’était une loi de gauche. Dans le débat, les positions de la gauche et celles de la droite étaient diamétralement opposées (malgré quelques efforts louables mais bien trop rares de la part de quelques élu-e-s de droite). Nous avons vu s’affronter une gauche progressiste et une droite désespérément conservatrice, voire réactionnaire. Les différences radicales entre le PS et l’UMP sont apparues, tant sur la loi elle-même que sur les valeurs qui la sous-tendent. Difficile de penser qu’il n’y a pas de différence entre gauche et droite après ça ! Par ailleurs, ce débat a été un vrai baptême du feu pour toute une nouvelle génération d’élu-e-s de gauche, parmi lesquels la moindre n’était pas Christiane Taubira, à qui nous devons quelque chose de très important qui est une nouvelle rhétorique de gauche puissante et humaniste, comme il faut en avoir davantage si nous voulons vaincre les forces réactionnaires qui tentent en ce moment de tirer le pays vers le bas. C’était de la belle rhétorique de gauche : il en faudra encore, et pas qu’un peu. C’était une loi de gauche : il faut maintenant en réclamer d’autres.

9) La chute des masques à l’extrême-droite. Ouais, je suis d’accord, la parole décomplexée de l’extrême-droite n’est pas exactement une bonne nouvelle. Mais quand on y réfléchit deux minutes, sur le plan stratégique, tout est loin d’être perdu. Souvenez-vous : il y a peu de temps encore, l’extrême-droite et en particulier le FN se prétendaient gay-friendly. Ce n’était qu’un moyen d’exploiter les préjugés des gens en leur faisant croire que les homophobes sont nécessairement les étrangers (en particulier les gens du Proche-Orient, et en particulier les gens de confession musulmane, naturellement…). Il fallait vraiment être naïf pour se faire avoir par cette ficelle rhétorique grossière. Mais à force de lisser son discours, Marine Le Pen avait réussi à se refaire une respectabilité. Toute cette subtilité a volé en éclats pendant le débat sur le mariage. Marine Le Pen, soit qu’elle tombe le masque, soit qu’elle ait été dépassée par les éléments les plus réactionnaires de son parti, n’a plus pu entretenir l’illusion et s’est engagée à fond contre le mariage, au côté du GUD, de Civitas et des mouvances les plus violentes.  Le fond ressort, et il est fangeux. Or, plus la fange est visible, plus on la repère. J’espère que certains gros malins tentés par l’extrême-droite se rendent mieux compte d’à qui ils ont affaire après ça.

10) Le sursaut des croyants progressistes. Qu’on en a entendu, des propos réacs, de la part des représentants religieux et surtout (très loin devant les autres) de la part du clergé catholique ! Qu’ils ont été prompts à monter au créneau ! Avec quel bel ensemble ! Avec quelle organisation légionnaire ! Avec quels moyens financiers ! Avec quels alliés reluisants (ah, Civitas) ! À les entendre, toute la chrétienté était d’accord avec eux pour réserver la famille aux papas et aux mamans, pour tout repeindre en bleu et en rose avec des mamans légèrement moins grandes que leurs maris, bref, pour réclamer un monde parfait. Hélas ! Ils avaient malencontreusement oublié de demander l’avis des ouailles, et pas mal de brebis ont bêlé de travers. Voyez les articles sur Marianne, sur Le Monde, les tribunes publiées par des associations comme Nous sommes aussi l’Eglise et l’hebdomadaire Témoignage chrétien ; il y a même eu un site ApostasiePourTous… Ils avaient aussi oublié que, d’après une enquête de l’IFOP en août dernier, 45% des catholiques pratiquants étaient favorables au mariage pour tous : de quoi fissurer la « légitimité » du clergé antimariage.

Là encore, l’écart entre la com’ des opposants et la réalité est abyssal, pour ne pas dire caricatural. Les protestations et le ras-le-bol des chrétiens pro-mariage se sont fait entendre crescendo au fil du débat, et des associations chrétiennes pro-mariage étaient présentes dans les manifestations pour la loi. Gageons que beaucoup de croyants n’auront pas apprécié de voir leur parole et leur existence même niées par leurs représentants au sein de leur Église. Cela donnerait-il lieu (enfin) à un sursaut des chrétiens progressistes face à un Vatican et à un clergé français toujours aussi en décalage avec la société actuelle ? Ce sera à eux de jouer, mais les tensions au sein des institutions catholiques n’ont pas fini de grimper.

Voilà donc dix raisons de ne pas se croire « vaincus », comme le dit trop vite le collectif Oui oui oui (qu’aurait-il dit si la loi n’était pas passé, je me le demande). Certes, il y a encore un long et rude combat à mener, certes les réactionnaires sont virulents et ne doivent pas être sous-estimés… mais nous ne devons pas leur laisser le monopole des termes du débat, ni celui des généralités.

Il ne faut pas avoir peur de dire : nous avons gagné. Il ne faut pas avoir peur de dire : c’est l’aboutissement de plus d’un siècle de lutte pour l’égalité des droits, et ce n’est pas terminé. Il ne faut pas avoir peur de dire : nous continuerons à nous battre pour les valeurs républicaines.

Et, je le répète encore, il ne faut pas se laisser miner par la com’ des réactionnaires. Les chiens aboient, le char de la Marche des fiertés passe.

______________

(1) Éric Fassin, L’Inversion de la question homosexuelle, Paris, Éditions Amsterdam, 2005.

LES réactions (2)
Dix raisons de se réjouir après le débat sur le mariage
  • Par Red 27 Mai 2013 - 13 H 52
    Photo du profil de Red

    Merci ! 😀

     
  • Par Pégase 27 Mai 2013 - 15 H 00
    Photo du profil de Pégase

    Très bon article, vive l’optimisme ! 🙂